Faire évoluer votre vie professionnelle

N’avez-vous pas rêvé par moments, d’avoir à vos côtés un soutien professionnel expérimenté pour appréhender les situations complexes, alléger votre charge mentale, utiliser plus efficacement vos ressources et votre potentiel, progresser dans vos capacités ? Un coaching peut être un atout précieux pour aborder plus facilement les tournants de la vie professionnelle.

Le coaching de carrière

Coach et Vie vous propose une prestation aux standards des meilleures entreprises, un soutien expérimenté et discret à tout moment de votre carrière

 

  • Le premier job, se lancer, s’affirmer face à ses collègues
  • Comment travailler en bonne entente, aplanir les désaccords, gérer sa cheffe ou son chef
  • Garder son équilibre personnel, être plus efficace, gérer ses priorités
  • Evoluer dans l’entreprise : réussir dans un nouveau poste, manager pour la première fois, changer de chef ou changer de responsabilités
  • Les carrières au féminin, la différence, démentir les préjugés

 

Les transitions professionnelles

Chez Coach et Vie nous accompagnons toutes celles et ceux qui ont besoin de bouger, ou se posent des questions, ont envie d’évoluer, de progresser

 

  • Choisir une orientation, un métier, un environnement qui vous convienne
  • Job coaching : stratégie de recherche d’emploi, candidature et entretiens
  • Préparer la prochaine étape de son parcours professionnel
  • Changer d’entreprise, de métier, de mode de vie, choisir l’indépendance

 

Nos méthodes de coaching vous permettent d’y voir plus clair, de définir vos priorités, vos risques et opportunités, pour vous déterminer et vous lancer en ayant toutes les cartes en mains.

Quand le travail fait mal

Fatigue, lassitude, remise en question, perte de sens, conflits, stress, pression, épuisement, burnout, bore-out, brown-out, harcèlement, mobbing….La souffrance au travail peut prendre les formes les plus diverses.


Vous ne supportez plus d’aller sur votre lieu de travail, d’interagir avec vos collègues, vos clients … Vous vous sentez dépassé-e, exténué-e, confus-e, vous questionnez vos capacités. Vous sentez que le stress envahit vos autres domaines de vie, la famille, les amis, le sport, le sommeil, la santé. Vous savez que ce sont des signaux d’alerte : il faut s’en occuper activement.

 

Un-e coach vous aidera à prendre du recul, à trouver des solutions pour sortir de la situation et trouver l’environnement où vous pourrez exprimer le meilleur de vous-même.

 

Souffrance et travail

 

Le travail est une ressource. Chacun de nous a besoin de travailler, de gagner son indépendance, de contribuer à un projet, de construire une identité professionnelle, de faire partie d’une équipe. Le travail ne devrait pas être un calvaire. S’il vous conduit au doute, au conflit, à la frustration, un coaching peut vous aider.

 

Chez Coach et Vie nous vous aidons à résoudre votre problème professionnel : vous permettre de trouver des solutions, prévenir et recouvrer la santé au travail, sortir

 

Situations de vie

Pour mieux identifier les signes avant-coureurs, voici quelques-unes des phrases que nos clients prononcent lors de notre première conversation

Faire évoluer sa carrière et s’épanouir au travail

“J’aime mon métier mais je ne supporte plus 

les conditions dans lesquelles je travaille”

 

“Je suis complètement démotivé”

 

 

Changer de travail, job crafting

“ Je ne suis plus sûr d’être au bon endroit, 

d’avoir choisi le bon métier”

 

”Je ne peux pas continuer comme cela, je m’ennuie, 

je ne progresse pas

burnout, harcèlement, licenciement

Surmonter le burnout, harcèlement, licenciement

“Je  travaille trop, je me demande à quoi

 ça sert finalement”

 

“Je suis complètement démotivé”

 

Concilier travail et vie privée

“Je  travaille trop, je me demande à quoi 

ça sert finalement”

 

“Il faut que quelque chose change, 

je sens que je vais dans le mur”

 

 

Quelques risques de blocages professionnels

C’est Freudenberger qui a défini le burnout en 1979 comme « un problème qui prend naissance de la bonne intention d’atteindre des buts irréalistes et qui aboutit à épuiser ses énergies, se détacher de soi-même et perdre le contact avec les autres ».

 

On parle d’épuisement professionnel après des expositions au stress chronique de un à cinq ans, au minimum 6 mois. Le burnout est un phénomène long et évolutif.

 

Le burnout est un terme générique désignant un état de fatigue émotionnel, mental et physique caractérisé par un manque de motivation et de performance après des mois ou voire des années de surmenage et de surenchère; il touche des individus pris dans un cercle vicieux. Les gens qui s’engagent, pour lesquels les résultats sont importants, qui sont très consciencieux sont particulièrement menacés. On dit que c’est la maladie des efficaces.

 

Les critères du burn-out (C.Vasey)

  • Perte d’intérêt, ennui, lassitude
  • Susceptibilité, irritabilité, agressivité
  • Auto-dépréciation, découragement
  • Impression de perte de capacités, diminution de l’estime de soi.
  • Perte du sens des priorités
  • Manque de concentration
    Troubles de mémoire ·
  • Impression que les problèmes s’accumulent et paralysent la réflexion
  • Etat de confusion menant à une désorganisation du travail : il faut travailler plus pour compenser une baisse d’efficacité.
  • Tension intérieure, pression respiratoire, douleurs dans la nuque et les épaules
  • Troubles du transit ou de la digestion
  • Céphalées
    Perturbations du sommeil
  • Fatigue générale
  • Perte de sensibilité ou sensibilité exacerbée (seuil de tolérances plus bas)
  • Absentéisme
  • Augmentation des heures de travail pour compenser l’efficacité perdue
  • Abus d’alcool, cigarettes, médicaments
  • Désir de changer d’emploi
  • Incapacité de s’extraire des problèmes professionnels dans la vie privée
  • La relation avec le client est ressentie comme ennuyeuse et même désagréable
  • Perte de la capacité d’empathie
  • Distance cynique, attitude administrative
  • Déshumanisation de la relation
  • Isolement social

Le mobbing, du verbe anglais to mob qui signifie molester, malmener, se définit en français par le harcèlement moral au travail.

 

Le père de la notion de mobbing est Heinz LEYMANN, chercheur en psychologie, qui l’a qualifié de « psycho-terreur ». Il le définit comme « l’enchaînement, sur une assez longue période, de propos et d’agissements hostiles, exprimés ou manifestés par une ou plusieurs personnes envers une tierce personne ».

 

Marie-France HIRIGOYEN, médecin psychiatre et psychothérapeute familiale, y voit «toute conduite abusive (…) pouvant porter atteinte à la personnalité, à la dignité ou à l’intégrité physique ou psychique d’une personne, afin de mettre en péril l’emploi de celle-ci ou de dégrader l’ambiance de travail ».   

 

Les juristes, eux, donnent diverses définitions que nous pouvons résumer ainsi : 

 

«le harcèlement professionnel est un comportement fautif répété individuel ou collectif dont le caractère vexatoire, humiliant ou attentatoire à la dignité, perturbe les conditions de travail, altère la santé physique ou mentale de la personne qui en est victime et compromet son avenir professionnel ».

 

La conception du travail a changé dans la société au cours de ces dernières années. On tend vers un individualisme toujours plus important : de plus en plus, les gens comptent en fonction de ce qu’ils rapportent à l’entreprise, ce qui crée une pression, une compétition et un stress propice aux abus.

 

En règle générale, toute mauvaise organisation au sein d’une entreprise est un contexte favorable pour le développement du mobbing. Une définition insuffisante des fonctions de chacun et des procédures de l’entreprise amène des rivalités et des tentatives de prise de pouvoir.

 

Cela est souvent dû aussi au fait que les responsables hiérarchiques ne sont pas de véritables managers, qu’ils ont été nommés plus pour leurs compétences techniques que pour leur aptitude à animer une équipe. Le mobbing est souvent le résultat de plusieurs tentatives avortées pour résoudre un conflit.

 

Cela peut venir d’une surcharge de travail. Le mobbing augmente avec le durcissement de la concurrence et la précarisation de l’emploi.

De même, les fusions, les restructurations, l’arrivée de nouveaux collègues, d’un nouveau chef, peuvent favoriser le mobbing.

 

Quand y a-t-il véritable harcèlement ?

Attention, n’importe quel conflit ou agression ne se définit pas comme du mobbing . Il est normal que des frictions, tiraillements, jalousies apparaissent dans un groupe. Une remarque blessante dans un moment d’énervement n’est pas significative.

C’est la répétition des vexations, des humiliations sans aucun effort pour les nuancer qui constitue le phénomène destructeur. Cette manipulation perverse est plus insidieuse à se mettre en place qu’un abus de pouvoir vite démasqué, mais fait d’autant plus de ravages.

Il existe une liste de références établie par LEYMANN qui fixe 45 agissements constitutifs de mobbing s’ils se produisent de manière répétitive sur au moins six mois.

Ces actes visent avant tout à :

 

  • empêcher la victime de s’exprimer, refuser la communication directe
  • l’isoler de son équipe de travail,
  • la déconsidérer auprès de ses collègues ( remise en question du travail accompli, mépris)
  • la discréditer (sous-entendus, mensonges, calomnies)
  • la brimer (lui confier des tâches inutiles ou sans rapport avec sa qualification)
  • la pousser à la faute, la provoquer

 

Portrait du harceleur : il n’existe pas de « précis du petit harceleur » qui aiderait à s’en défendre de manière systématique car la caractéristique du harceleur est son habilité à déployer un arsenal pervers et manipulateur qui va de la séduction à la tyrannie et ce de façon sournoise, insidieuse et acharnée.

Chez le harceleur comme chez le harcelé , il y a un problème d’estime de soi.

Le harceleur pratique une communication descendante qui vise à détruire.

Ici la lutte ne se fait pas à armes égales car la victime met souvent très longtemps à se rendre compte qu’il s’agit d’une guerre.

Le harceleur parvient à déstabiliser sa proie et va jusqu’à la rendre responsable de ce qui ne va pas. La victime, pétrifiée par cette situation, perd ses repères et sa confiance en soi.

Elle se trouve isolée,  incapable de comprendre ce qu’on lui reproche réellement et s’enlise dans l’interprétation de non-dits, de haussements d’épaules et de phrases inachevées.

 

Les critères du mobbing (Heymann) : 

1. Le chef refuse à la personne harcelée la possibilité de s’exprimer

2. Elle est constamment interrompue

3. Les collègues l’empêchent de s’exprimer

4. Les collègues hurlent, invectivent la personne harcelée

5. Critique constante du travail effectué

6. Critique constante de la vie privée

7. Terreur par téléphone

8. Menaces verbales

9. Menaces écrites

10. Refus de communiquer signifié par des regards et des gestes dépréciatifs

11. Refus de communiquer signifié par des allusions mais sans indiquer de raison précise

12. On n’adresse plus la parole à la personne harcelée

13. On fait en sorte que la personne harcelée ne puisse plus entrer en dialogue

14. La personne harcelée se fait assigner un lieu de travail éloigné de celui de ses collègues

15. Les collègues de travail ont l’interdiction d’adresser la parole à la personne harcelée

16. La personne harcelée est traitée comme si elle n’existait pas

17. On dit du mal de la personne harcelée dans son dos

18. On répand des rumeurs

19. On ridiculise la personne harcelée

20. On prétend qu’elle est un, une malade mentale

21. On essaie de contraindre quelqu’un à aller consulter un psychiatre

22. On se moque d’une infirmité

23. On imite la démarche, la voix ou les gestes de quelqu’un pour le ridiculiser

24. On s’attaque aux convictions politiques ou religieuses de quelqu’un

25. On se moque de la vie privée de quelqu’un

26. On se moque de la nationalité de quelqu’un

27. On contraint quelqu’un à exécuter un travail qui porte atteinte à sa dignité

28. On note le travail de la personne harcelée de manière inéquitable et en des

termes malveillants

29. On met en doute le bien-fondé des décisions prises par la personne harcelée

30. On invective quelqu’un ou on lui adresse des propos déshonorants

31. Tentatives d’approche sexuelle ou offres verbales de relations sexuelles

32. La personne harcelée ne se voit plus assigner de travail

33. On lui ôte toute occupation au travail, de telle manière qu’elle ne puisse même plus donner des tâches elle-même

34. On lui donne à faire des travaux qui n’ont pas de sens

35. On lui fait faire des travaux qui ignorent ses capacités réelles

36. On lui donne constamment de nouvelles tâches à exécuter

37. On lui fait faire des travaux qui la blessent dans son amour-propre

38. On lui fait faire des travaux exigeant des qualifications supérieures aux siennes afin de la discréditer

39. On l’oblige à faire des travaux qui nuisent à sa santé

40. Menace de violences physiques

41. Actes de violence légère à titre d’avertissement

42. Sévices corporels

43. On engendre des frais à payer par la personne harcelée pour lui nuire

44. On cause des dégâts physiques au domicile ou sur le lieu de travail de la personne harcelée

45. Agressions sexuelles

Consultez l’article complet sur le mobbing dans nos articles.

Le boreout (de to be bored, s’ennuyer en anglais), est issu d’un ennui chronique.

 

Philippe Rothlin et Peter R. Werder ont mis en avant ce terme en 2007 dans leur livre «Diagnosis Boreout» pour définir les conséquences du sous-emploi.

«La sous-utilisation des compétences, parce qu’on ne fait pas confiance à l’employé, qu’il est volontairement «mis au placard» ou parce que les tâches demandées sont en deçà de ses capacités, entraîne une baisse d’estime de soi, de moral, et peut conduire à une souffrance au travail », relève la psychologue Catherine Vasey.

 

« Le boreout est imputable au décalage entre le temps de présence au travail et les volumes d’activités quotidiennes. A part dans la situation particulière dite de «mise au placard» destinée à punir un salarié, le syndrome du boreout résulte d’un processus non-intentionnel, imputable au fait qu’à cause d’améliorations technologiques, de réorganisations ou de la baisse d’activité, certains postes de travail se sont vidés peu à peu de leur contenu, pour se remplir d’inactivité de façon insensée.

 

Le cerveau du salarié qui occupe le poste doit absorber cette inactivité, ce vide, ce qui provoque une grande souffrance.» explique le chercheur spécialiste du boreout Christian Bourion.

Le brown-out, désignant littéralement une chute de courant, fait partie des crises de maturité, entraînant une perte de sens au travail.

 

Au cours de notre carrière, nos valeurs, nos besoins, nos compétences évoluent. Si notre travail ne suit pas cette évolution, il y a conflit et besoin de changement. Les cadres sont encore plus vulnérables car ils partagent moins, sont dans la compétition et « la solitude du dirigeant ». Leurs horaires de travail et certaines cultures d’entreprise amènent un grand déséquilibre des domaines de vie.

 

Prendre du recul, se faire accompagner , superviser permet d’éviter que le brownout ne conduise au burnout.

Nos solutions pour vous accompagner

Le coaching individuel

La première séance « Découverte » vous permet de faire connaissance avec votre coach. C’est aussi une heure qui vous est consacrée, pour vous permettre de faire le point sur ce qui va et ce que vous voulez changer dans votre travail. 

Vous repartez de cette séance avec une idée plus claire de ce qui vous arrive et des pistes pour résoudre votre problématique. En fonction de l’objectif que vous souhaitez atteindre, le ou la coach établira une proposition avec le nombre de séances estimé et un devis pour un programme personnalisé.

Un programme de coaching s’étend en général sur plusieurs semaines ou quelques mois, en fonction de l’objectif convenu avec le coach. Les séances durent selon le cas, entre 1 heure et 1 heure et demie, à convenir avec le coach, au rythme d’une séance toutes les 2 à 4 semaines. Les séances ont lieu en présentiel à Lausanne ou à Genève, ou en visioconférence (zoom ou skype).

Pour connaître plus précisément les principes et l’éthique du coaching chez Coach et Vie :

 Consultez notre code de déontologie

Les ateliers de développement professionnel

Ateliers proposés deux fois par an

  • En quête de sens : Trouver mon équilibre (1 journée)
  • En transition : Définir mon projet professionnel ( 1 journée)
  • En entretien : Préparer mon pitch (1 journée)
  • En poste : Progresser dans ma carrière (3 heures)

 

Ateliers sur demande

  • Optimiser mon CV et mon profil LinkedIn (deux ½ journées)
  • Développer mon intelligence émotionnelle (3 heures)
  • Résoudre les conflits (1 journée)
  • Ma stratégie de réseautage (3 heures)

Les ateliers ont lieu avec un minimum de 4 inscrits et un maximum de 8 participants.

 

Nous contacter pour connaître les prochaines dates

 

Nous contacter pour une offre intra ou interentreprises

Nos thèmes de coaching

Développer sa résilience
Isabelle Laugier

Développer sa résilience

En 2020, le monde n’a pas tourné tout à fait comme avant. 2021 sera aussi une année de changements. Tous·tes, nous avons dû nous adapter, et ce n’est pas fini ! Comment acquérir une meilleure conscience des impacts émotionnels, cognitifs, comportementaux qui émergent dans ces moments ?

En 2021, Coach et Vie évolue
Isabelle Laugier

En 2021, Coach et Vie évolue

Danièle Laot Rapp qui a fondé Coach et Vie en 2003, a décidé de prendre sa retraite et de profiter de la vie autrement. Danièle est heureuse et fière de passer le relais à une équipe extrêmement solide sous la direction d’Isabelle Laugier. Isabelle est entourée de

La crise du covid, catalyseur de changement?
Isabelle Laugier

La crise du covid, catalyseur de changement?

Chers amis de Coach et Vie 50 % d’entre nous ont pris ou vont prendre la décision de changer quelque chose dans leur vie suite à ce qu’elles et ils ont vécu dans les mois bouleversés par la pandémie. En entendant ce chiffre, nous étions, Isabelle et

Démêler l’écheveau des émotions
Danièle Laot Rapp

Démêler l’écheveau des émotions

Ce matin je démêlais une chaîne et un collier qui par un grand mystère s’étaient emmêlés au fond de ma petite bourse de voyage. Le mal que j’ai eu et le temps que j’ai mis à les démêler m’ont fait penser à la difficulté que nous avons

Vous voulez changer votre vie ? Contactez-nous pour une séance découverte