Vie professionnelle : qui abuse de qui ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Epuisement professionnel et culpabilité

Les magazines ont récemment beaucoup parlé de l’épuisement professionnel et suscité beaucoup de remue-méninges pour certains ou d’appréhension pour d’autres.
Lorsque j’accompagne des coaché(e)s victimes de cette douloureuse expérience, un des sentiments avec lequel ils doivent souvent négocier et celui de la culpabilité. La plupart d’entre eux en sont arrivés là par la conjonction de composantes personnelles, familiales et professionnelles qui font un jour déborder la coupe. Ils ont mettent généralement en place des comportements excessifs pour répondre à une pression extérieure (organisation de l’entreprise, manque de personnel, d’organisation, de valorisation, déficit de répartition des tâches familiales, manque de soutien)… mais aussi intérieure.

Des messages toxiques

Ils ont obéi à des «drivers», en français «messages contraignants», ancrés dans leur inconscient depuis l’enfance qui leur susurrent: «sois parfait», «fais un effort», «sois fort(e)».

Ces messages prennent le pouvoir et leur font perdre de vue l’essentiel, la clé de voûte de l’édifice, leur équilibre et leur santé. Ces petites voix font écho à celles de leurs parents ou professeurs et, comme elles pendant l’enfance, les poursuivent avec la belle intention de les aider à réussir sans imaginer le dérèglement qu’elles génèrent sur le long terme.

Et même une fois l’épuisement professionnel diagnostiqué, cette petite voix est encore là. « Qu’est-ce que je fais à la maison? Mon travail va s’accumuler, mes collègues vont me juger. »

L’abusé se sent parfois abuseur…

En un mot, les victimes d’épuisement professionnel ont l’impression d’abuser du système en étant payées à ne rien faire?!

Comme si reconstruire son capital énergie et vitalité était ne rien faire…
Comme si chercher un nouvel emploi plus conforme à leurs besoins réels et leurs valeurs n’était pas un travail…
Comme si les assureurs étaient philanthropes et leur avaient fait cotiser pour un risque qui n’en était pas un.

Le pire dans cette situation, si je puis dire, est que, parfois très vite, ils ont meilleure mine. En été, ils sont même bronzés puisque le médecin leur a conseillé de se reposer, de marcher, de nager, et qu’évidemment ils bronzent davantage qu’au bureau ou à l’atelier.

Tout juste s’ils ne mettraient pas de l’écran total pour éviter de devoir s’excuser de ce hâle alors que la fragilité et les angoisses sont encore là.

Posons-nous la question : qui abuse de qui ?

Jusqu’où faudra-t-il aller pour que la peur de perdre l’énergie ou la santé, son conjoint ou la relation à ses enfants, de perdre goût à la vie soit suffisamment forte pour chasser cette culpabilité, cette crainte du jugement de l’autre, pour arrêter la course à la performance à tout prix dans un monde où tant de gens manquent de travail.

Il y a 15 ans, au moment de choisir ma façon d’exercer mon métier de coach, j’ai résolument choisi le life coaching. Pour travailler avec mes coachés à leur rythme sur toutes les dimensions de leur vie, familiale, personnelle, sociale et professionnelle, chercher le bien-être avant la performance.

Et des centaines de coachings plus tard, je constate que quand nous sommes alignés, que nous faisons un métier auquel nous donnons du sens, dans lequel nous sommes reconnus, nous devenons un collaborateur heureux, impliqué et proactif, et nous sommes performants.

Une piste donc pour conclure?

Le plus important : mettons les choses dans l’ordre, vérifions les priorités de notre vie. Recentrez votre énergie !

Cela vous parle ?

Nos autres articles

Développer sa résilience
Isabelle Laugier

Développer sa résilience

En 2020, le monde n’a pas tourné tout à fait comme avant. 2021 sera aussi une année de changements. Tous·tes, nous avons dû nous adapter, et ce n’est pas fini ! Comment acquérir une meilleure conscience des impacts émotionnels, cognitifs, comportementaux qui émergent dans ces moments ?

En 2021, Coach et Vie évolue
Isabelle Laugier

En 2021, Coach et Vie évolue

Danièle Laot Rapp qui a fondé Coach et Vie en 2003, a décidé de prendre sa retraite et de profiter de la vie autrement. Danièle est heureuse et fière de passer le relais à une équipe extrêmement solide sous la direction d’Isabelle Laugier. Isabelle est entourée de

La crise du covid, catalyseur de changement?
Isabelle Laugier

La crise du covid, catalyseur de changement?

Chers amis de Coach et Vie 50 % d’entre nous ont pris ou vont prendre la décision de changer quelque chose dans leur vie suite à ce qu’elles et ils ont vécu dans les mois bouleversés par la pandémie. En entendant ce chiffre, nous étions, Isabelle et

Démêler l’écheveau des émotions
Danièle Laot Rapp

Démêler l’écheveau des émotions

Ce matin je démêlais une chaîne et un collier qui par un grand mystère s’étaient emmêlés au fond de ma petite bourse de voyage. Le mal que j’ai eu et le temps que j’ai mis à les démêler m’ont fait penser à la difficulté que nous avons

Vous voulez changer votre vie ? Contactez-nous pour une séance découverte